Archives pour la catégorie Foi

Lex orandi et lex credendi : les serviteurs de l’Argent

L’expression latine : « Lex orandi et lex credendi » signifie : La loi de la prière est la loi de la foi. Elle est une des bases des pratiques religieuses. Par exemple, si je crois que Dieu est aux cieux je me tourne vers le ciel et non vers la terre. Dans l’islam, les musulmans prient en s’inclinant par terre pour montrer qu’ils ne sont rien devant Dieu et que c’est lui qui les relève. La position de la prière chrétienne est debout, que Dieu s’est fait homme, l’un de nous. Elle peut aussi être à genoux pour montrer la grandeur de Dieu.

La foi est l’acte de croire. Cet acte est très concret. Pour comprendre simplement, lorsque nous allons acheter un aliment nous CROYONS, à tord ou à raison, que cet aliment sera bon pour nous. Nous le croyons et donc nous l’achetons. Tous nos actes sont des actes de foi. Bien sûr, la plupart du temps, nous ne pensons pas que tous nos actes impliquent une certaine foi. Certaine, irons-nous jusqu’à dire qu’ils ne croient en rien. Mais c’est malheureusement pour eux impossible. Car dire « je ne crois pas » est déjà dire un acte de foi ! Pour être encore concret, lorsque nous donnons rendez-vous à quelqu’un, c’est aussi un acte de foi. Certes, inconscient mais concret : nous croyons qu’il n’y aura pas d’empêchement grave qui nuirait à cette rencontre. Ce point est important car pour les personnes de foi, il n’y pas de différence de nature entre la foi quotidienne et la foi en Dieu. Il y a simplement une différence d’intensité. Les grands croyants religieux diront même que le spirituel est plus réel, plus vrai, que le monde matériel dans lequel nous sommes aujourd’hui.

Aujourd’hui donc, regardons de plus près notre comportement vis-à-vis de l’argent. Beaucoup de personnes vont nous dire ce qui pourrait être l’axiome principal de la foi en l’argent. L’acte de foi principal, le monde est dominé par l’argent et pour réussir il en faut beaucoup. Autrement dit, si quelqu’un est sans argent, sa vie ne vaut pas grand chose. Cette croyance est en totale contradiction avec les autres religions. Pour les chrétiens, s’il est possible de faire fructifier l’argent (Mt 25 ou Lc 19), il doit rester un simple moyen. Jésus a dit : «Nul ne peut servir deux maîtres; ou bien il faut haïr l’un et aimer l’autre, ou bien se vouer à l’un et faire fi de l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. C’est pourquoi je vous dis: Ne vous tracassez pas pour votre vie, de ce que vous mangerez (ou boirez); ni pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, le corps plus que le vêtement? Regardez les oiseaux: ils ne sèment pas, ne moissonnent pas, n’engrangent pas, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?» Ainsi, les Chrétiens doivent choisir entre l’argent et Dieu. Pour les juifs, c’est un peu la même chose : (Dt) Garde-toi d’oublier alors le Seigneur ton Dieu, en négligeant l’observation de ses ordres, de ses préceptes et de ses lois que je te prescris aujourd’hui; de peur qu’après avoir mangé à satiété, après avoir bâti et habité de belles maisons, après avoir vu se multiplier tes bœufs et tes brebis, et s’accumuler ton argent, ton or et ton avoir, ton cœur ne vienne à s’élever, et que tu n’oublies le Seigneur ton Dieu, qui t’a fait sortir d’Égypte, de la maison de servitude. Et enfin, dans l’islam, la sourate Kahf n°18 verset 46 « L’argent et les enfants sont la beauté de la vie d’ici-bas mais les bonnes actions qui perdurent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et suscitent une belle espérance » C’est à dire que là aussi l’argent est un simple moyen. Un moyen pour servir le Dieu Unique.

Dans les religions de l’antiquité (et aussi dans les religions satanistes), nous devons sacrifier aux dieux, c’est-à-dire, nous devons offrir en sacrifice ce qui est précieux pour nous aux dieux. Or, de la même manière vis-à-vis de l’argent, nous sommes amenés à sacrifier au «dieu argent» ce qui est précieux, comme le souligne si bien l’athée Alain BIHR dans sa conférence sur Marx au 21ème siècle.


Dieux – Patrick Viveret par legrandreinventaire

La sacrifice qui nous est non pas demandé mais imposé par la force dans certains cas, est celui qui porte le nom d’austérité. Pour les Grecs, ce sacrifice va jusqu’à la mort, la mort par manque de soins, manque de nourriture, d’assistance, d’énergie pour se chauffer. En mars 2012 déjà Euro-news l’annonçait :

La plupart d’entre nous ne croyons pas que cela nous touche, car la Grèce est loin, et nous sommes protégés… (heu… par qui ? par quoi ?) Cela est aussi un des effets du dieu argent : l’individualisme. Dans les sociétés primitives, l’entraide est instinctive. Chacun sait qu’il ne pourra survivre que si chacun prend soin de son voisin. En cas de difficulté, plus nous sommes nombreux pour résoudre la problème , plus nous avons de chance de passer au travers. Avec l’argent, les choses changent. Dans la croyance quasi religieuse : chacun gagne en fonction de ce qu’il apporte à la société. Tout le monde sait que cela est faux, mais nous voulons le croire. L’exemple de Nicolas Tesla qui meurt couvert de dettes alors que nous lui devons de nombreuses inventions, que nous utilisons tous les jours ou celui de Bernard Madoff qui, à l’inverse, s’est enrichi sans rien apporter à la société, montre comment l’argent est séparé de bien commun.

Et pourtant, c’est bien au nom de ce bien commun que nous devons nous sacrifier. Dans les religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam), c’est Dieu qui donne le salut, soit en délivrant des ennemis soit en se sacrifiant pour le peuple choisi. Dans les autres religions, c’est l’inverse nous devons sacrifier ce qui est de plus cher au peuple pour apaiser les dieux. Il en est de même pour les marchés ou la monnaie, nous devons nous sacrifier.

Pour insister sur le sacrifice ? C’est simple, le sacrifice est l’acte le plus religieux qui soit. Nous pourrions dire que c’est le sacrifice qui fonde la religion. Le temple n’a d’importance que parce qu’il est le lieu où le sacrifice est donné aux dieux. De même, pour les rythmes religieux qui n’existent que par extension à la prière du sacrifice. La plus grande partie des occidentaux l’ont oublié car le sacrifice est invisible à leurs yeux. Le sacrifice ayant eu lieu une fois pour toute par la mort sur la croix du Fils de Dieu et que Dieu a ressuscité. Dans le judaïsme, les sacrifices de béliers, d’agneaux gras… se sont arrêtés avec la destruction du Temple, mais dès que le Temple sera reconstruit alors les sacrifices pourront à nouveau monter comme une offrande d’agréable odeur. Ainsi, et en ce sens, nous pouvons parler de religion de l’argent.

Les grands prêtres sont les banquiers. Mais il ne faut pas croire que la destruction des banques, la remise a zéro des comptes bancaires, la disparition de la monnaie ou même la création d’un argent virtuel changerait cette religion. C’est une religion inventée par les hommes, elle n’a pas de dogme, elle s’adapte à chacun et comme disait Jean de LA FONTAINE dans les Animaux malades de la peste: « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés« , et ceux qui doivent payer le plus ne sont pas forcément les plus responsables.

Alors, se pose des questions simples pour chacun de nous :

  • Qu’est-ce qui est important pour moi? Quelles sont mes valeurs?
  • Sur qui (ou quoi) je peux prendre appui sans risque de tomber, chercher un abri contre l’ouragan et contre la tempête ?
  • Qui (ou quoi) va me sauver ?
  • Pourquoi je suis prêt à sacrifier ce que j’aime?
  • En quoi je crois?
  • Quelle est la conséquence de ma foi dans ma vie de tous les jours?

LE VRAI COMBAT D’UKRAINE

Partout dans les média qu’il soit officiel ou alternatif il est question de l’Ukraine. Et c’est légitime car il se passe des événements préoccupants, mais que nous explique-t-on au juste ?

Soit que l’Ukraine se libère du joug de servitude dans lequel la Russie la maintenait depuis des années pour garder une base sur la Mer Noire.

Soit que les États-Unis et l’Europe ne cherchent pas à libérer un peuple de la servitude (si c’était le cas, ils pourraient commencer chez eux). Mais ils veulent plutôt les réserves de richesses naturelles qui sont en Ukraine et infléchir l’influence russe dans le monde.

Il est évident que se joue une bataille d’influence, mais est-ce simplement de cela qu’il s’agit ? Tout nous montre que les gouvernements américains, européens comme Russes sont engagés dans des luttes d’une autre nature. Il serait illusoire de croire que ce n’est que pour l’énergie que les puissances se battent. En effet, l’histoire nous l’a déjà montré en Irak. Oui , il y avait du pétrole mais aussi le berceau de la civilisation. Et ce n’est pas par hasard que juste derrière les troupes des américains, il y avait des archéologues. Le site Wikipedia qui est pourtant généralement favorable aux américains explique comment les armées se sont mis d’accord pour ne pas bombarder les sites archéologique et les mussés, mais qu’ils ont été pillés et saccagés par la suite. De nombreux articles (Agoravox ; Internationalnews ; Le Monde … ) montrent comment les sites archéologiques ont été pillé puis détruit. Il s’agit que personne ne puisse retrouver les traces de civilisations antérieures.

Il en est de même en Syrie où le patrimoine aussi a en partie disparu dans les zones tenues par les rebelles/libérateurs.

Il en est de même pour l’Afghanistan.

 Tout n’est pas détruit ou vendu. Non, c’est plutôt l’inverse, ce qui est détruit et vendu sont sans importance aux yeux des archéologues/pilleurs. Cela sert de fausses pistes pour dire que ce sont des pilleurs ou des actes malveillants, isolés. Mais en aucun cas le gouvernement.

Il est instructif de se rappeler que la « crise » ukrainienne arrive après une grande avancée dans les recherche sur la pyramide de Bosnie, et le découverte de ce qui serait la pyramide la plus vieille du monde en Ukraine. L’Ukraine est une des plus vielles civilisations. Les fouilles de la civilisation trypillienne était déjà financée par un britannique.

Une bataille plus importante que le pétrole est en train de commencer. La fin des temps arrive. Tous nous le sentons, nous le voyons. Et il est illusoire de croire que les gouvernements sont moins informés que nous. Le combat qui se déroule en coulisse est plus important que ce que nous pouvons en percevoir à travers les bribes qui transparaissent dans les média. Les prophètes et pseudo prophètes semblent aussi prendre part, ainsi il semblerait que d’un coté le ciel nous dise que le salut viendra par la Russie ( Fatima ) et que de l’autre, il nous dit que le président russe est un agresseur ( Holy Love) . Il est donc important, en son âme et conscience, de ne pas croire tous les messages qui nous sont donnés par le ciel ou les « êtres supérieurs ». Nous allons assister dans les jours, les semaines et les mois qui arrivent à des événements et des révélations incroyables et surprenantes. Ne perdons pas de vue que nous sommes libres de nos choix.

Est-ce que ce sont les extra-terrestre, les intra-terrestre ? Est-ce que ce sont les anges et les démons ? Est-ce que c’est le combat du bien et du mal ? Certains gouvernements ont choisi leurs camps depuis longtemps. Nous devons aussi choisir personnellement notre camp. Mais il ne semble pas que l’énergie fossile soit le premier motif de toute cette tension.

LES SIGNES SONT LÀ ! IL ARRIVE…

Tel pourrait être le cri que nous pourrions entendre dans les églises, les temples, les mosquées et les synagogues. Les enfants imaginant des jeux qui racontent ses exploits et ses merveilles. Les chorales créant des hymnes pour célébrer ce grand événement. Les artistes rivalisant de beauté pour fêter dignement ce jour tant attendu. Car tous les signes annoncés depuis des siècles sont là sous nos yeux éblouis. Le doute n’est plus permis. Et nos regards scrutent les faits qui s’accumulent et restent subjugués par tant de promesses accomplis.

Mais ceci est une fiction car dans notre monde personne, ou si peu, croit en la réalisation de ces textes anciens, de ces prophéties. Qui aujourd’hui en disant le « Notre Père » espère que le règne de Dieu vienne sur terre et le retour du Christ ? Qui croit vraiment que le messie arrive ? Bien sûr, les croyants de toutes les religions, ainsi que beaucoup de non croyants, sentent bien que les temps sont proches. Mais est-ce que nous cherchons à œuvrer ensemble ? Est-ce que nous nous mettons à prier les uns pour les autres ? NON. Chacun continue SA vie sans comprendre que la paix commence par aimer son voisin et peut-être arrêter ce qui est mauvais. Les croyants sont nombreux et pourraient s’ils le voulaient changer notre monde. Mais ils ont oublié les prophètes les grands comme Noé, Abraham, Joseph, Jonas, Élie…Les discrets comme Marie Julie de la Fraudais, don Bosco, Ste sœur Mechtilde de Magdebourg, … Les célébrités comme St Malachie, Nostradamus, Jean de Jérusalem, Anne-Catherine Emmerick, Marthe Robin, Padre Pio, Léon XIII, … Les contemporains comme Baba Vanga, Nicolaas Van Rensburg, Jeane Dixon, … enfin les voyants actuels comme Jeannine Robichaud Ruth, la Fille du Oui, et surtout les enfants de Garabandal, Fatima, La Salette, Medjugorje…

Les signes, les nombreux signes sont là sous nos yeux.

Quelques exemples :

La nature

  • Les températures dans le monde aussi bien en froid qu’en chaud. L’Amérique ont connu cet hiver un des plus grand écart de température entre l’est et l’ouest. Au Canada, nous avons encore battu des records. En France, comme dans une partie de l’Europe les pluies et tempêtes ont ravagé de nombreux villages.
  • L’apparition des rivières et des lacs où l’eau devient rouge sang

  • Les bruits étranges partout dans le monde. Malgré l’importance aucune explication scientifique n’est donnée.

  • La création de trou spontanée partout dans le monde. Ce phénomène était connu mais il semble connaitre une accélération et surtout il a lieu dans des lieux insoupçonnés comme dans la mer !

  • Mort des animaux en masses : Alors que nous sommes simplement à la fin du mois de février, il y a eu 124 événements de mort d’animaux en masse dans 34 pays. Pour rappel en 2012 il y avait eu 465 événements dans 67 pays et en 2013 : 798 événements dans 93 pays. Certaines morts peuvent être expliquées par les pesticides ou l’action des hommes mais d’autres restent mystérieuses. Ces morts peuvent conduire à un déséquilibre de la chaîne alimentaire. (Pour plus d’info : http://www.end-times-prophecy.org/animal-deaths-birds-fish-end-times.html)


Les maladies

l’action des humains

  • Les problèmes économiques
    Les tensions non pas entre les pays (ce qui n’est pas nouveau) mais en interne dans chaque pays; nous pourrions parler des « révolutions arabes » de la Syrie, du Venezuela,
  • La mise en place des puces RFID non seulement sur les produits mais aussi sur les humains. (http://youtu.be/uM6lI_L1xrU)

 

Devons-nous avoir peur ? Devons-nous craindre ce qui arrive ? Cela va dépendre de chacun. Si nous nous convertissons C’est-à-dire que nous choisissons de vivre en respectant notre voisin, la nature, Dieu, en entrant dans une dynamique amoureuse alors il n’y a rien à redouter. Mais si nous choisissons d’attendre demain voir si vraiment le monde confortable dans lequel nous sommes doit être rejeté… et donc nous continuons comme si ce monde était bon Alors OUI il faut craindre les prophéties annoncées.

Il suffirait de peu de chose : retirer sa confiance aveugle dans le pouvoir humain et matériel. Au Québec, il y a rarement de grands débats semblables à ceux de la France. Les choses sont plus simples. Lorsque les gens ne sont pas en accord avec ce qui se passe, ils se retirent. Il se retient le plus souvent sans un mot, dans le silence, sans polémique, mais le geste est très clair. Il se suffit à lui-même. Pourquoi dire « les banquiers sont des voleurs » et mettre votre argent chez eux ? Pourquoi dire « nos écoles enseignent de mauvaises pratiques à nos enfants » et continuer de les envoyer dans ces lieux de perversion ? Il est possible de s’organiser autrement. De créer du neuf. Pourquoi dire « nous sommes plus que des consommateurs » et continuer chaque jour ou chaque semaine à aller dans le temple de la sur consommation ? Il est possible vivre différemment.

LE POIDS DES MUSULMANS

lmpt-musulmans-3

Pour certains, ils font peur. Pour d’autres, ils sont le signe d’un renouveau de la société. Mais quel est le poids des musulmans dans notre société aujourd’hui ?
Au Québec, les chiffres sont clairs : ils sont de plus en plus nombreux. Ceux que les québécois appelaient de façon péjorative les « turcos » sont passés de 478 en 1921 à 40 000 au début des années 1970 à 100 000 en 1981, à un peu plus de 250 000 en 1991 et 657 000 en 2011 selon Wikipédia. Ces chiffres sont plus parlants en image :

musuman au Canada

En France les chiffres sont contestés mais il est possible de penser qu’ils sont légalement 5 millions soit un peu plus de 5 % de la population. Or peu importe le nombre, le vrai critère est celui de la volonté. Rien ne peut résister à un peuple qui veut conquérir de nouveaux territoires.

Nous le savons ici au Québec et en particulier à Amos dans ce Nord, éloigné de tout, Il y a 100 ans, lorsque les premiers colons sont arrivés avec leur pioche, leur hache, leurs pauvres outils, les outils qu’ils pouvaient porter sur eux, il n’y avait que la forêt. Ils ont construit des villes. Ils dormaient sous les ponts avec leur famille, mais les rigueurs de l’hiver ne les ralentissaient pas. Au contraire, le froid, les difficultés étaient des stimulants pour mettre plus vite leur famille au chaud, pour protéger ceux qu’ils aimaient.

Nous retrouvons cette même détermination chez bon nombreux de musulmans. Cette foi qui est capable de déplacer les montagnes. Ils sont prêts à donner leur vie et tout ce qu’ils ont pour construire, vivre leur foi, pour défendre leur valeur. Combien de citoyens, qui aujourd’hui, disent ne pas vouloir vivre dans un état islamique sont prêts à défendre leur valeur laïque ? Combien de chrétiens sont prêts à verser leur sang pour défendre leur foi. Certes dans de nombreux pays, nous voyons des chrétiens martyrisés. Ils étaient 100 000 en 2013. Mais dans nos pays occidentaux, dans nos pays de confort, allons-nous vouloir garder nos valeurs avec la même force que les musulmans veulent nous imposer la leur ?

Il ne s’agit pas de peur, ni de parler de terrorisme, ni de fustiger une population, mais de prendre acte des enjeux. De choisir la société dans laquelle nous voulons vivre.

Le changement c’est maintenant !!!

Nous venons d’assister sans que les grand média n’en parlent beaucoup à un vrai moment de « vivre ensemble » à un de ces rares instants où les ennemis d’hier s’unissent pour combattre un mal plus grand que leurs propres divisions. Foi et politique qui jusqu’à ce jour opposaient les musulmans et les chrétiens les ont rassemblés pour défendre les familles. Le 2 février 2014 pour une même cause les chrétiens, les catholiques, les musulmans, les gens simples, les gens complexés, les intégristes, les tolérants ont marché ensembles. Et curieusement ce vivre ensemble, ce respect de l’autre, cet accueil de la différence… SILENCE ! ! !

lmpt-musulmans-mpi

 Dans cette grande manifestation a donc réuni ensemble des gens de foi et de politique différentes voire divergentes. Qui aurait pensé il y a quelque temps qu’un député du Front National marcherait avec des musulmans. Bien sûr, vous savez que cela n’est pas antinomique… mais certains aimeraient que nous le pensions. Toujours, est-il que le lendemain de cette manifestion, le gouvernement a reculé. POURQUOI ? Il n’avait pas reculé l’année dernière pour « le mariage pour tous » alors que le nombre de manifestants était le double voir le triple. En 2013 il y a même eu 2 manifestions dépassant le million de manifestants. Pourquoi le gouvernement renonce à son projet pour un peu plus de 500 000 manifestants ? La raison est peut-être dans le changement des manifestants.

Les musulmans ont rarement manifesté pour des projets de société. Et de façon encore plus discrète avec des chrétiens. Or leur présence fortement visible aux cotés de catholiques, de protestants est un vrai tournant. Par ailleurs, le fait que Farida Belghoul soit entrée en résistance contre la théorie du genre change la donne.

Elle parle de sa foi sans problème, ELLE N’A PAS HONTE DE SA FOI. Par son discours la donne change ! Jusqu’à maintenant, lorsque l’on parlait des musulmans la pensée était : « Ils veulent tous nous convertir ! » Farida Belghoul, elle ne dit pas convertissez-vous. Elle dit simplement ayez la foi et priez. Elle ne distingue pas musulmans, chrétiens, juifs… C’est un changement très important, car il montre plusieurs points :
• Les musulmans n’ont plus à se cacher comme ce fut le cas durant des années. En effet, les différents partis politiques, et le parti au pouvoir en France en particulier, leur ont expliqué avec force qu’ils avaient un poids à prendre. Aujourd’hui, ils prennent cette place.
• Les musulmans sont minoritaires mais ils ont pris conscience de leur importance. Ils ont vu que les minorités ont, en France, en Europe et dans le monde occidental, plus d’importance que la majorité silencieuse.
• Les chrétiens et les catholiques ne peuvent défendre leurs valeurs. Encore une fois 2013 et le mariage pour tous fut une belle démonstration du manque de volonté politique.
Alors que théoriquement, théologiquement, le mariage de personnes de même sexe est contraire à leur foi, tous les évêques n’ont pas appelé à la défense de leur valeur. Tout se passe comme si de nombreux hommes d’Église, à force de vivre dans le monde, ont oublié qu’il ne peut y avoir compromis entre l’esprit du monde et la foi. Ils ont oublié que « le vivre en Église » est une décision de foi et que Jésus lui-même fut confronté à cette question (Jean 6,60). À vouloir préserver le peu qu’il leur reste les catholiques risquent de perdre leur âme.

Par de nombreux exemples les musulmans de par le monde montrent leur détermination. Ils sont prêts à se battre jusqu’aux bouts pour ce qu’ils pensent être bon et juste.

Alors que nous sommes entrés dans un nouveau paysage : Ceux qui défendent leur foi, ceux qui résistent avec succès à la dérive laïque ne sont plus les catholiques de France mais les musulmans de France. Il est à craindre que les musulmans ne s’arrêtent pas à cette victoire. S’arrêteront ils avec la disparition de la théorie du genre ? Et si l’État recule encore n’est-ce pas leur donner envie de voir plus loin ? De voir s’ils peuvent prendre des postes au gouvernement ? De voir s’ils peuvent instaurer en France et plus tard en Europe une loi qui respecte leur foi ? Auraient-ils tort ? Avec des convictions fortes et la certitude que nous sommes aidés de Dieu, est-ce que nous n’agirions pas de la même façon ?

Le 2 février 2014, l’Europe a fait un grand pas vers une nouvelle ère mais combien en ont pris conscience ?