pape-françois-3e-guerre

Le Pape François a raison… ou la guerre total

Dans l’avion, qui le reconduisait à Rome après une visite en Turquie,  le Pape François a dit : « Je suis convaincu que nous vivons une troisième guerre mondiale par morceaux. »

Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous pensons souvent que la troisième guerre tout comme les 2 premières doit être l’affrontement de 2 blocs avec des fusils, des chars, les bons contre les méchants…. Mais en fait le front n’est pas aussi clair que cela. Il n’y a pas les combattants et les non-combattants car il y a de très nombreux fronts. Et nous sommes tous d’une manière ou d’une autre des combattants.

Voici quelques uns des fronts :

La guerre territoriale : c’est le combat le plus évident. Il y a des progressions géographiques et il est possible de voir l’avancée et le recul des troupes, le décompte des morts et blessés… Qu’il s’agisse des différents théâtres d’opérations, nous pouvons voir les zones conquises ou perdues. À titre d’exemple, nous pouvons passer au Mali, à l’Ukraine, Palestine/Israël, État Islamique/Irak/Syrie…

La guerre économique : C’est le combat de chaque jour pour de nombreuses personnes : savoir ce qu’elles donneront à manger à leurs enfants. Pour se rendre compte de ce combat qui chaque jour fait des morts, il faut se rappeler qu’aux États-Unis 2,5 millions d’enfants vivent sans domicile fixe et que près d’un tiers des américains  (101 millions) reçoivent une aide alimentaire subventionnée, dont 50 % d’entre-eux reçoivent des bons alimentaires. Volontairement nous ne parlons pas des chiffres en France, en Belgique ou au Québec.

La guerre morale : Cette guerre est particulièrement active dans les pays occidentaux et dans les pays du soleil couchant. Elle n’est rien de géographique. Elle est interne à chaque personne. Elle est un combat sur la question éthique. Par exemple : Est-ce moral de remplacer les humains par des robots ? Est-ce moral marier 2 hommes ou 2 femmes ? Et sur quoi est fondée cette morale, sur quelle adhésion de foi, sur quel principe ? Dans cette  guerre que sont tombés au champ d’honneur les journalistes de Charlie Hebdo. Ils étaient des défenseurs acharnés de l’athéisme, ennemis de la foi ou pour être plus juste ennemis de toute religion. Et le sang qu’ils ont versé leur a permis de remporter une grande victoire. Des personnes se disant chrétiennes, musulmanes ou juives ont dit «Je suis Charlie» comme autrefois ont disait «Je suis chrétien, voila ma foi, mon espérance… ». Bien sûr, les 3 millions de personnes qui ont défilé dimanche n’avaient pleinement conscience que ce défilé quasi-religieux (comme une procession) était une manière de faire adhérer le peuple à cette morale toujours plus floue d’une religion sans Dieu.  Il est remarquable que le dessinateur néerlandais de Charlie Hebdo, Willem, a soutenu samedi dans la presse néerlandaise «vomir sur ceux qui, subitement, disent être nos amis (…) Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine: Ça me fait bien rire». Or, es 3 personnes sont des autorités qui se disent chrétiennes. Le pape est le chef de l’église catholique, la reine Elizabeth est le chef de l’église anglicane et le président Poutine n’est certes pas une autorité religieuse mais il a affirmé à de nombreuses reprise que la Russie était orthodoxe et l’«identité spirituelle» resterait chrétienne. Ainsi, par sa remarque, Willem place bien la mort des journalistes dans le combat pour la laïcité et contre la foi.

La guerre de l’éducation : Faut-il réellement apprendre la théorie du genre aux enfants ? L’école est-elle un lieu d’instruction ou d’éducation ?

La guerre spirituelle : Cette guerre a précédé celle de l’éthique et de la morale. Elle est la lutte depuis des millénaires de la chaire contre l’esprit, de l’âme contre le corps. C’est de cette lutte que sont issus les autres conflits. Le plus souvent, c’est à l’intérieur de chacun que l’affrontement est le plus violent. Les massacres extérieurs ne sont que le reflet des divisions internes. Que le reflet de cette quête sans fin : Qui nous fera voir le bonheur? Fais lever sur nous la lumière de ta face, ô Éternel ! Comme l’affirme ce blog : Il n’y a d’action qui ne soit en premier lieu une action de foi, une action spirituelle. Si mon dieu est l’argent, si mon Dieu est le surhumain dans le transhumanisme, si mon Dieu est Un en Trois… Alors tout mon agir sera guidé par cette foi que cela soit conscient ou non.

Ne croyons pas que nous sommes en paix. Ceux qui vous disent cela s’éloignent des textes de l’apôtre Paul qui nous dit explicitement que nous sommes en guerre. Bien sûr, il précise les armes avec lesquels nous devons aller au combat et le combat que nous devons mener.

Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.

Éphésiens 6, 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *