LE GRAND CHANGEMENT… ATTENTION AUX ILLUSIONS !

Nombreux sont les sites internet, les hommes politiques, les journalistes… même les religieux qui nous annoncent un Grand changement. Devons-nous le croire ? Devons-nous le rejeter ? Cela regarde chacun mais un petit rappel est important.

De grands changements ont déjà eu lieu dans notre monde et à chaque fois, on annonce : une aire de paix, de prospérité… mais ce ne fut pas le cas au cours des derniers siècles. Nous pourrions citer par exemple la révolution française, les printemps arabes qui ont tous tournés au massacre. Prenons la révolution française : il y a plusieurs phases :

La révolte de 1789 avec le retour du roi à Paris. Il fut, nous le savons, organisé par une partie de la franc-maçonnerie. Le roi lui-même était-il ou pas membre de société secrète, cela importe peu. Toujours est-il qu’il a accepté de jouer le jeu de la révolution jusqu’en 1791, c’est à dire presque 2 ans. Cette révolution de la franc-maçonnerie pour la franc-maçonnerie n’avait pas pour but de libérer le peuple mais simplement de changer les élites.

Mais ce n’est pas tout. Car s’arrêter là serait oublier la suite et simplifier les faits historiques. Il y a dans cette révolution autre chose : le nettoyage.

  • Des sociétés secrètes alliées et ennemies. D’un point de vue purement historique, la période de la terreur n’était pas une nécessité. Mais elle l’est d’un point de vue idéologique. Il s’agit d’un mécanisme simple ou plusieurs vagues sont sacrifiées pour que l’on ne sache pas au final à qui profite le crime. C’est ainsi par exemple que Napoléon Bonaparte apparaît comme un sauveur sans qu’il n’ait participé de trop près aux tueries fratricides en France.
  • Des populations : en massacrant de manière outrancière la population qui résiste à la révolution, on imprime dans la mémoire du peuple le fait que celui-ci doit obéir et ne peut en aucun cas s’opposer au nouvel ordre. Il serait instructif de voir le poids de cet inconscient collectif dans la léthargie actuelle.
  • Des religieux : Les religieux sont toujours un problème. Surtout les vrais, ceux qui ont la foi car rien ne peut le détourner de leurs convictions. Ainsi, pour réussir une révolution l’instauration d’une religion est importante. C’est le Culte de la Raison et de l’Être suprême que nous avons connu en France en 1793 « L’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen ».

Nous retrouvons avec plus ou moins de force ces caractéristiques dans chaque « printemps », révolution »… actuel. L’un des rare qui semble faire exception est celui qui se déroule actuellement en Espagne (mais il est surement trop tôt pour en juger) . Pour le reste nous retrouvons la mise en place d’hommes préalablement choisis comme pour l’Ukraine , le nettoyage par exemple en Égypte ou plus de 500 personnes ont été tuées…

Tous ces mouvement de « libération » se succèdent à une vitesse de plus en plus rapide. Et si toutes ces « révolutions » n’avaient été que des répétitions pour la mise en place d’un nouvel ordre mondial ?

Pour ma part, la prochaine fois que l’on dira : « Voici un temps, un gouvernement de paix » il faudra y regarder à 2 fois. Même si la paix était apportée sur un plateau, que les cieux s’ouvraient et nous donnaient la paix, la prospérité… je serai comme saint Thomas et je demanderai de voir. En effet, rien ne vient sans rien… SAUF L’AMOUR. Or, l’amour n’impose rien et aussi curieux que cela soit, l’amour n’impose pas la paix et l’harmonie !

L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé. Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant. Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.