LA SEMAINE SAINTE

Nous voici entrés dans la grande semaine sainte. Bien sûr, cette semaine est celle où nous célébrons la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Or cette année, la Pâques est célébrée le même dimanche pour les orthodoxes, les catholiques et de nombreuses églises issues de la réforme. Ce fait qui pourtant semble logique est rare. En effet, le calcul du jour de la fête de Pâques est complexe puisqu’il est lié à la fois à la lune et au soleil. Par ailleurs, le changement de calendrier lors de la réforme grégorienne a séparé les catholiques et les orthodoxes. Mais cette année 2014 est une année où la majorité des chrétiens célébreront en même temps.

Cela n’est pas anodin, car les temps dans lesquels nous entrons risquent d’être d’une grande importance pour les Églises. Pas l’Église catholique, ni les Églises issues de la réforme, ni encore les Églises orthodoxes mais bien pour les 7 Églises dont il est question dans le livre de la révélation : l‘Église d’Éphèse qui a abandonné son premier amour, l‘Église de Smyrne qui va connaître les tribulations, l’Église de Pergame, l’Église de Thyatire, l’Église de Sardes, l’Église de Philadelphie, l’Église de Laodicée. Toutes ces Églises ne forment en réalité qu’une seule et unique Église, L’épouse du Christ et comme son Époux, Elle doit prendre le chemin de la croix, le chemin de la purification. Les textes sont très clairs à ce sujet, l’Église va vivre le temps de la passion et va être mise au tombeau pour réssusciter. De nombreux prophètes des temps passés et d’aujourd’hui nous ont prévenu et c’est maintenant le moment favorable.

La lune de sang que nous avons connu cette semaine sainte et qui n’était visible qu’en Amérique (Nord et Sud) est comme un signe pour nous que la passion va commencer.

J’invite ceux qui ont le temps, croyants, mal croyants, non croyants, septiques, et les autres à regarder la série UN VOYAGE ASTRONOMIQUE VERS LA FIN DES TEMPS

Chacun reste libre de faire ces choix… Ne pas choisir est un choix.

Ne pas agir est aussi un choix

Alors si tu crois, que fais-tu pour mettre en pratique ta croyance ?

LE GRAND CHANGEMENT… ATTENTION AUX ILLUSIONS !

Nombreux sont les sites internet, les hommes politiques, les journalistes… même les religieux qui nous annoncent un Grand changement. Devons-nous le croire ? Devons-nous le rejeter ? Cela regarde chacun mais un petit rappel est important.

De grands changements ont déjà eu lieu dans notre monde et à chaque fois, on annonce : une aire de paix, de prospérité… mais ce ne fut pas le cas au cours des derniers siècles. Nous pourrions citer par exemple la révolution française, les printemps arabes qui ont tous tournés au massacre. Prenons la révolution française : il y a plusieurs phases :

La révolte de 1789 avec le retour du roi à Paris. Il fut, nous le savons, organisé par une partie de la franc-maçonnerie. Le roi lui-même était-il ou pas membre de société secrète, cela importe peu. Toujours est-il qu’il a accepté de jouer le jeu de la révolution jusqu’en 1791, c’est à dire presque 2 ans. Cette révolution de la franc-maçonnerie pour la franc-maçonnerie n’avait pas pour but de libérer le peuple mais simplement de changer les élites.

Mais ce n’est pas tout. Car s’arrêter là serait oublier la suite et simplifier les faits historiques. Il y a dans cette révolution autre chose : le nettoyage.

  • Des sociétés secrètes alliées et ennemies. D’un point de vue purement historique, la période de la terreur n’était pas une nécessité. Mais elle l’est d’un point de vue idéologique. Il s’agit d’un mécanisme simple ou plusieurs vagues sont sacrifiées pour que l’on ne sache pas au final à qui profite le crime. C’est ainsi par exemple que Napoléon Bonaparte apparaît comme un sauveur sans qu’il n’ait participé de trop près aux tueries fratricides en France.
  • Des populations : en massacrant de manière outrancière la population qui résiste à la révolution, on imprime dans la mémoire du peuple le fait que celui-ci doit obéir et ne peut en aucun cas s’opposer au nouvel ordre. Il serait instructif de voir le poids de cet inconscient collectif dans la léthargie actuelle.
  • Des religieux : Les religieux sont toujours un problème. Surtout les vrais, ceux qui ont la foi car rien ne peut le détourner de leurs convictions. Ainsi, pour réussir une révolution l’instauration d’une religion est importante. C’est le Culte de la Raison et de l’Être suprême que nous avons connu en France en 1793 « L’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen ».

Nous retrouvons avec plus ou moins de force ces caractéristiques dans chaque « printemps », révolution »… actuel. L’un des rare qui semble faire exception est celui qui se déroule actuellement en Espagne (mais il est surement trop tôt pour en juger) . Pour le reste nous retrouvons la mise en place d’hommes préalablement choisis comme pour l’Ukraine , le nettoyage par exemple en Égypte ou plus de 500 personnes ont été tuées…

Tous ces mouvement de « libération » se succèdent à une vitesse de plus en plus rapide. Et si toutes ces « révolutions » n’avaient été que des répétitions pour la mise en place d’un nouvel ordre mondial ?

Pour ma part, la prochaine fois que l’on dira : « Voici un temps, un gouvernement de paix » il faudra y regarder à 2 fois. Même si la paix était apportée sur un plateau, que les cieux s’ouvraient et nous donnaient la paix, la prospérité… je serai comme saint Thomas et je demanderai de voir. En effet, rien ne vient sans rien… SAUF L’AMOUR. Or, l’amour n’impose rien et aussi curieux que cela soit, l’amour n’impose pas la paix et l’harmonie !

L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé. Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant. Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

L’OUBLI DES MOTS CONDUIT AUX MAUX

Qui d’entre-nous a souci de la diminution de notre vocabulaire ? Qui s’indigne que la langue vernaculaire doucement s’efface comme un lac qui s’évapore au soleil ? Les poissons qui y vivaient voient leur espace se rétrécir. Bien sûr, dans les premiers temps personnes ne s’en alarment. Mais vient une heure où il n’est plus possible de réagir, aussi un à un les poissons meurent privés de leur élément le plus vital : l’eau.

Pour nous, les humains il en va de même. Notre élément vital n’est pas l’eau mais les mots. Ils sont le véhicule indispensable de notre pensée, de notre réflexion, de notre imagination, de notre compréhension… L’exemple de la tour de Babel est assez éloquent. Dieu qui veut faire cesser la construction brouille leur langage et donc les bâtisseurs ne se comprenant plus, laissent le chantier et partent chacun dans sa direction. Or, nous croyons que notre imagination n’a pas de limite mais c’est faux : notre imagination est limitée par les mots. Sans les mots, il est impossible de transmettre mes idées et les mots, le langage que j’utilise doit être compris par mon interlocuteur.

Le recours à l’utilisation de synonyme, de périphrase, ou encore de simplification du langage, appauvrit non seulement la culture mais aussi l’ensemble de la personne. Pour bien comprendre, prenons l’exemple de la bible. Elle compte suivant les traductions environ 6000 mots, or un lycéen, un jeune de 14 à 17 ans, connait en moyenne 3725 mots. Comment peut-il comprendre le texte fondateur de la civilisation occidentale s’il ne connait que la moitié des mots ? Mieux, il semble qu’il n’utilise que 800 à 1600 mots. Il est raisonnable de penser que les mots non utilisés vont peu à peu disparaître de sa mémoire. Certes, les chiffres officiels nous rassurent : un adulte utilise en moyenne 5000 mots ! – Il manque toujours 1000 pour lire la Bible-

Il n’est pas ici question des concepts que peuvent véhiculer les mots. Car des mots mis ensemble peuvent former des concepts complexes pour ne prendre qu’un exemple : la communication des idiomes. Tout le monde comprend évidement chacun des termes mais à priori le concept est moins accessible. Pourtant beaucoup de nouveau prêtre de la religion du nouvel age qui affirme que tout homme est un christ use du concept… mais sans le savoir car ils leur manquent les mots!

On comprend rapidement que notre pensée est liée à la richesse de notre vocabulaire. Pouvons-nous imaginer un pays où le programme politique d’un candidat aux élections ne serait pas compréhensible par le citoyen ! Pire encore, supposons dans un avenir lointain et improbable que les habitants de toute la planète ne parlent plus qu’UNE seule langue ! Aurions-nous alors une pensée unique ? Notre conscience collective ne serait-elle pas alors limitée, réduite ? Les solutions aux difficultés que nous rencontrons ne s’imposeraient-elles pas par notre pauvreté de communication ? Des maux ne viendrait-ils pas du détournement de certains vocables ?


Des langues en voie d’extinction par FranceInfo

 HISTOIRE DU LEXIQUE FRANÇAIS

1 000 c’est le nombre moyen de mots utilisés par un lycéen