LE POIDS DES MUSULMANS

lmpt-musulmans-3

Pour certains, ils font peur. Pour d’autres, ils sont le signe d’un renouveau de la société. Mais quel est le poids des musulmans dans notre société aujourd’hui ?
Au Québec, les chiffres sont clairs : ils sont de plus en plus nombreux. Ceux que les québécois appelaient de façon péjorative les « turcos » sont passés de 478 en 1921 à 40 000 au début des années 1970 à 100 000 en 1981, à un peu plus de 250 000 en 1991 et 657 000 en 2011 selon Wikipédia. Ces chiffres sont plus parlants en image :

musuman au Canada

En France les chiffres sont contestés mais il est possible de penser qu’ils sont légalement 5 millions soit un peu plus de 5 % de la population. Or peu importe le nombre, le vrai critère est celui de la volonté. Rien ne peut résister à un peuple qui veut conquérir de nouveaux territoires.

Nous le savons ici au Québec et en particulier à Amos dans ce Nord, éloigné de tout, Il y a 100 ans, lorsque les premiers colons sont arrivés avec leur pioche, leur hache, leurs pauvres outils, les outils qu’ils pouvaient porter sur eux, il n’y avait que la forêt. Ils ont construit des villes. Ils dormaient sous les ponts avec leur famille, mais les rigueurs de l’hiver ne les ralentissaient pas. Au contraire, le froid, les difficultés étaient des stimulants pour mettre plus vite leur famille au chaud, pour protéger ceux qu’ils aimaient.

Nous retrouvons cette même détermination chez bon nombreux de musulmans. Cette foi qui est capable de déplacer les montagnes. Ils sont prêts à donner leur vie et tout ce qu’ils ont pour construire, vivre leur foi, pour défendre leur valeur. Combien de citoyens, qui aujourd’hui, disent ne pas vouloir vivre dans un état islamique sont prêts à défendre leur valeur laïque ? Combien de chrétiens sont prêts à verser leur sang pour défendre leur foi. Certes dans de nombreux pays, nous voyons des chrétiens martyrisés. Ils étaient 100 000 en 2013. Mais dans nos pays occidentaux, dans nos pays de confort, allons-nous vouloir garder nos valeurs avec la même force que les musulmans veulent nous imposer la leur ?

Il ne s’agit pas de peur, ni de parler de terrorisme, ni de fustiger une population, mais de prendre acte des enjeux. De choisir la société dans laquelle nous voulons vivre.

Le changement c’est maintenant !!!

Nous venons d’assister sans que les grand média n’en parlent beaucoup à un vrai moment de « vivre ensemble » à un de ces rares instants où les ennemis d’hier s’unissent pour combattre un mal plus grand que leurs propres divisions. Foi et politique qui jusqu’à ce jour opposaient les musulmans et les chrétiens les ont rassemblés pour défendre les familles. Le 2 février 2014 pour une même cause les chrétiens, les catholiques, les musulmans, les gens simples, les gens complexés, les intégristes, les tolérants ont marché ensembles. Et curieusement ce vivre ensemble, ce respect de l’autre, cet accueil de la différence… SILENCE ! ! !

lmpt-musulmans-mpi

 Dans cette grande manifestation a donc réuni ensemble des gens de foi et de politique différentes voire divergentes. Qui aurait pensé il y a quelque temps qu’un député du Front National marcherait avec des musulmans. Bien sûr, vous savez que cela n’est pas antinomique… mais certains aimeraient que nous le pensions. Toujours, est-il que le lendemain de cette manifestion, le gouvernement a reculé. POURQUOI ? Il n’avait pas reculé l’année dernière pour « le mariage pour tous » alors que le nombre de manifestants était le double voir le triple. En 2013 il y a même eu 2 manifestions dépassant le million de manifestants. Pourquoi le gouvernement renonce à son projet pour un peu plus de 500 000 manifestants ? La raison est peut-être dans le changement des manifestants.

Les musulmans ont rarement manifesté pour des projets de société. Et de façon encore plus discrète avec des chrétiens. Or leur présence fortement visible aux cotés de catholiques, de protestants est un vrai tournant. Par ailleurs, le fait que Farida Belghoul soit entrée en résistance contre la théorie du genre change la donne.

Elle parle de sa foi sans problème, ELLE N’A PAS HONTE DE SA FOI. Par son discours la donne change ! Jusqu’à maintenant, lorsque l’on parlait des musulmans la pensée était : « Ils veulent tous nous convertir ! » Farida Belghoul, elle ne dit pas convertissez-vous. Elle dit simplement ayez la foi et priez. Elle ne distingue pas musulmans, chrétiens, juifs… C’est un changement très important, car il montre plusieurs points :
• Les musulmans n’ont plus à se cacher comme ce fut le cas durant des années. En effet, les différents partis politiques, et le parti au pouvoir en France en particulier, leur ont expliqué avec force qu’ils avaient un poids à prendre. Aujourd’hui, ils prennent cette place.
• Les musulmans sont minoritaires mais ils ont pris conscience de leur importance. Ils ont vu que les minorités ont, en France, en Europe et dans le monde occidental, plus d’importance que la majorité silencieuse.
• Les chrétiens et les catholiques ne peuvent défendre leurs valeurs. Encore une fois 2013 et le mariage pour tous fut une belle démonstration du manque de volonté politique.
Alors que théoriquement, théologiquement, le mariage de personnes de même sexe est contraire à leur foi, tous les évêques n’ont pas appelé à la défense de leur valeur. Tout se passe comme si de nombreux hommes d’Église, à force de vivre dans le monde, ont oublié qu’il ne peut y avoir compromis entre l’esprit du monde et la foi. Ils ont oublié que « le vivre en Église » est une décision de foi et que Jésus lui-même fut confronté à cette question (Jean 6,60). À vouloir préserver le peu qu’il leur reste les catholiques risquent de perdre leur âme.

Par de nombreux exemples les musulmans de par le monde montrent leur détermination. Ils sont prêts à se battre jusqu’aux bouts pour ce qu’ils pensent être bon et juste.

Alors que nous sommes entrés dans un nouveau paysage : Ceux qui défendent leur foi, ceux qui résistent avec succès à la dérive laïque ne sont plus les catholiques de France mais les musulmans de France. Il est à craindre que les musulmans ne s’arrêtent pas à cette victoire. S’arrêteront ils avec la disparition de la théorie du genre ? Et si l’État recule encore n’est-ce pas leur donner envie de voir plus loin ? De voir s’ils peuvent prendre des postes au gouvernement ? De voir s’ils peuvent instaurer en France et plus tard en Europe une loi qui respecte leur foi ? Auraient-ils tort ? Avec des convictions fortes et la certitude que nous sommes aidés de Dieu, est-ce que nous n’agirions pas de la même façon ?

Le 2 février 2014, l’Europe a fait un grand pas vers une nouvelle ère mais combien en ont pris conscience ?